Macron ou Le Pen: le choix impossible?

Nous y sommes: dans une semaine, la France connaîtra le nom de son 25ème président, qui pourrait aussi être sa première présidente. Loin de représenter une évolution positive, la perspective de voir cette femme accéder aux rennes de la 8ème puissance économique mondiale est on ne peut plus flippante. Problème: le candidat d’en face semble incarner à peu près tous les reproches que l’on aurait à faire à la société actuelle. Alors, pour l’électeur désireux de changer ce monde insensé, mais pour qui l’idée de coller une xénophobe qui n’a jamais hésité un instant à verser dans le mensonge le plus éhonté à la présidence de son pays semble impensable, que faire? Que choisir?

XVM97e358f4-2a9c-11e7-b91d-560b5f714086.jpg
Ca vous semble évident, à vous?

Disons le tout de go: si j’avais eu à voter en France, j’aurais voté Mélenchon. Voilà, c’est dit. Parce-qu’il était le seul à tenir un discours cohérent et fouillé sur une politique écologique, grande perdante de ces élections; parce-que j’en ai marre des industriels qui

8390196lpw-8393170-article-melenchon-jpg_4253993_660x281.jpg
Adieu Méluche, je t’aimais bien, tu sais…

se croient tout permis, parce-qu’on leur permet à peu près tout, pendant qu’on saigne le service public, en France comme en Belgique, pendant qu’on force des gens malades à reprendre le travail alors qu’ils en sont incapables, justifiant ces mesures par cette période d’austérité qui n’en finit pas, alors que la France a refusé de réclamer sa part d’arriérés des 13 milliards d’impôts qu’Apple avait réussi à éluder dans différents pays d’Europe. Honnêtement, ça me dégoûte profondément, et tout humaniste que je sois, je ne suis pas sûr que je retiendrais la main du bourreau qui aurait à décapiter les hommes responsables de ces états de faits si on en arrivait là et qu’on m’en donnait l’occasion.

Mélenchon serait-il allé au bout de sa logique s’il était parvenu à la présidence? Je n’en sais rien, et je ne le saurai pas: le fait est qu’il n’est pas passé.

Et le bougre ne donne aucune consigne de vote. Enfin, pas tout à fait: son porte-parole Alexis Corbière l’a bien précisé: Pas une voix ne doit aller au Front National. En attendant, entre le blanc et l’abstention, le spectre bleu marine continue à faire peur, d’autant plus qu’elle n’hésite pas un instant à venir chasser sur les terres insoumises, liant maladroitement les programmes des deux partis, et allant même jusqu’à exhorter les électeurs de Mélenchon à faire barrage contre Macron.

Mais que faire d’autre que s’abstenir?

5117887_6_98d7_affiche-de-campagne-d-emmanuel-macron-pour-le_331d7d4f0cb82459af5488acde075f45.png
On va pas me dire qu’il est pas de droite, tout de même, avec une affiche pareille!

Emmanuel Macron a de quoi effrayer le bas peuple avec ses nombreux amis et soutiens financiers, dont le multimilliardaire franco-israélien domicilié en Suisse Patrick Drahi, dont la société Altice (Numéricable, SFR, Virgin Mobile, BFM TV, RMC, Libération, l’Express, etc…) est basée aux Pays-Bas (le montage qui donne confiance, quoi).

Drahi qui profita en son temps du soutien de Macron, fraîchement nommé ministre de l’économie, pour le rachat de SFR auquel Arnaud Montebourg, le prédécesseur de Macron, s’opposait jusqu’alors, pour éviter une mainmise trop grande des télécoms dans les mains d’une seule personne.

Macron, dont on retiendra l’implication directe dans les lois Macron et El Khomri (ou Loi Travail) qui provoquèrent un fort soulèvement populaire, surtout pour la seconde, et qui passèrent contre l’avis général avec le renfort du fameux article 49.3 de la constitution Française (et le concours de Manuel Valls, pour le coup).

La loi Macron, c’est, entre autres, la possibilité d’ouvrir les centres commerciaux le dimanche. Comment mieux contenter son cher ami et mentor (et témoin à son mariage) Henry Hermand, 305ème fortune de France avec 220 M€ avant son décès en novembre 2016, et magnat des centres commerciaux? De là à le prétendre, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas, mais il faut admettre que la question doit être posée.

Alors, honnêtement, lorsqu’on a rêvé d’une 6ème république placée sous le pouvoir des citoyens, lorsqu’on s’est prit à croire qu’il pouvait exister un homme qui parlait d’écologie avec sérieux, et que cet homme pouvait gagner, et faire gagner avec lui l’évolution des droits des animaux, comment se rabattre sur Macron, qu’on n’a pas forcément tort de qualifier de candidat de ce système qui ne veut que le bien que peut lui faire notre portefeuille et qui n’hésite pas à lâcher les plus faibles lorsqu’ils ont perdu tout pouvoir d’achat (vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi de plus en plus de ville s’équipaient en infrastructures anti-SDF?), comment se dire que l’on va voter pour lui?

5117888_6_820d_affiche-de-campagne-de-marine-le-pen-pour-le_4a85937337db84cd490e2ef9110dd8ac.png
Photoshop président!

De l’autre côté, Marine Le Pen n’a plus tellement besoin d’être présentée. Soit disant indigne fille de son illustre père, toujours invité d’honneur aux banquets du journal Rivarol, banquet au coeur duquel l’émission “Au bout du jour” nous plongeait mercredi dernier (à partir de 29min45, autant vous dire que ça fait TRES peur), la fille Le Pen ne recule devant rien pour accéder au pouvoir. Les sites de désintox n’en peuvent sans doute  plus de démentir les conneries qu’elle aligne, elle et ses potes du FN, depuis maintenant des années.

Surfant sur les vagues d’immigration, Le Pen et son FN n’hésitent pas à bouffer à tous les râteliers populistes et xénophobes, mêlant les discours anti-riches, anti-système, anti-économie, anti-Europe, anti-islam, anti-àpeuprèstoutcequin’estpasFrançaisetchrétien, proposant systématiquement des solutions fantaisistes à base de fermetures de frontières et de reprises en main du destin économique de la France (elle-même grande architecte du modèle économique actuel, j’aime autant vous dire que le projet FN tel quel risque fort de faire ressembler le pays à quelque-chose comme la Corée du Nord).

Nul besoin de s’étendre davantage sur les forts soupçons d’emplois fictifs du parti et sur les refus de Marine Le Pen de se présenter aux convocations de la justice qui en découlent, le simple fait d’évoquer ces faits en disent long sur le respect qu’elle peut avoir pour la démocratie. Et je ne parle pas de son attitude vis-à-vis des médias (qui inspira Fillon au plus fort de sa tourmente), des interdictions données aux caméras d’émissions trop curieuses d’assister à ses meetings, ou des techniques pour être omniprésente sur les réseaux sociaux (dont est aussi coupable Mélenchon, il faut le dire), cet article sera plus parlant si le sujet vous intéresse.

J’ajoute, pour faire joli, que Le Pen saluait l’élection de Trump et la victoire du peuple américain. En terme de victoire, voici un petit florilège des 400 mensonges proférés par l’administration Trump pour fêter ses 100 jours de pouvoir.

Alors honnêtement, voter Le Pen, non mais vous êtes sérieux !?

Bon, tu la craches, ta pastille ? On fait quoi alors !!?:

Bon. Si l’éventualité de voter pour l’un ou l’autre de ces candidats vous fait comme une sensation de lavement au Jack Daniel’s, c’est normal.

Mélenchon ne peut stratégiquement pas donner de consigne claire de vote: il a passé ces derniers mois à taper autant sur Macron que sur Le Pen. Selon lui, l’un et l’autre seront des catastrophes, de natures différentes, certes, mais catastrophes tout de même. Et il y a les législatives qui arrivent: s’il parle pour Macron, comment continuer à faire confiance en un type qui se dit fort, pro-démocratie à la dure et qui retournerait ouvertement sa veste pour faire barrage à celle qu’il considère probablement comme la créature de types faits du même bois que Macron et qui sévissent depuis maintenant des décennies?

D’ailleurs, combien de fois a-t-on pu entendre, ces derniers jours, que voter Macron aujourd’hui, c’est ouvrir la voie à un FN encore plus fort en 2022?

La question mérite d’être posée: si le quinquennat de Macron se révèle aussi foireux qu’on l’imagine aujourd’hui chez les gauchistes, qu’est-ce qui pourra faire barrage au FN dans 5 ans? Comment réinvoquer un nouveau Front Républicain à ce moment là, alors qu’il n’aura réussi qu’à offrir à la France un nouveau quinquennat de casse sociale et structurelle au profit des multinationales?

Soyons clairs: il faut tenter le coup. L’important aujourd’hui est de temporiser.

Ce n’est pas toujours le discours que j’ai tenu. J’ai d’ailleurs moi-même écris un article de réflexion sur la possible nécessité de passer pas une extrême-droite au pouvoir à un moment ou l’autre pour qu’enfin on se rende compte que le problème n’est pas à chercher chez les partis, mais bien dans la structure même du système.

Mais il faut tenter le coup, parce-que les temps sont troubles.

Un quinquennat Macron, certes, c’est la possibilité de l’extension du pouvoir des lobbys sur la société française et européenne pendant 5 ans.

Mais un quinquennat Macron, c’est aussi:

  • 5 ans d’évolution possible pour le conflit syrien. Là, c’est quitte ou double. Mais si le conflit vient à s’enliser, au moins il devrait moins occuper le devant des médias. La crise migratoire syrienne aura également un sursis supplémentaire pour s’égaliser et être un enjeu moins important aux yeux des électeurs du FN, qui se seront rendu compte que le ciel ne leur est pas tombé sur la tête. Beaucoup d’inconnues à ce sujet, mais cinq ans, c’est long: l’espoir est permis.
  • 5 ans d’évolution possible également pour étrenner la nouvelle formule du régime turc: si Erdogan commence à péter les plombs prochainement, au moins ce ne sera pas Le Pen aux commandes de la France au moment de prendre des décisions capitales pour l’avenir du continent. Je ne sais pas quoi attendre de Macron, mais je suis convaincu que ce sera toujours mieux que ce que Le Pen et son équipe de givrés alors en autarcie auront à proposer.
  • 5 ans de sursis, en espérant que Trump ne soit pas réélu dans 4 ans (et que ce ne soit pas pire que lui qui accède à la présidence), ce qui permettrait d’éviter une coalition des tarés de la planète, en espérant que les américains sortiront grandis de leur expérience.
  • 5 ans enfin pour permettre aux citoyens de se rendre compte qu’ils ne doivent pas compter que sur les hommes politiques pour gérer la vie politique. Internet est un outil politique puissant qui commence à faire ses preuves. On le voit avec l’interdiction en Wallonie de la vente de glyphosate en rayons, et la reprise du dossier par les instances européennes: les citoyens peuvent prendre un sujet en main et influer au quotidien sur les prises de décisions. On se fout que les politiciens soient de bonne foi ou qu’ils essayent juste de séduire: l’important, c’est le résultat. Internet est aujourd’hui dans toutes les poches et son influence se fait sentir à mesure que les gens apprennent à s’en servir. Ces deux dernières années, la plupart des journaux ont mis en place des pages de désintox pour permettre aux gens de pouvoir vérifier les infos. Même Facebook a été pressé de mettre en place un outil de vérification des infos.

Alors, certes, la perspective d’un président potentiellement à la solde des lobbys n’a rien de réjouissant, mais il vaudra toujours mieux qu’une présidente qui ment sur à peu près tous ses sujets de campagne, qui vole dans les caisses de l’Europe (c’est aussi notre argent, ne l’oublions pas), qui base son discours sur la haine du migrant, sur le rejet du musulman, sur la fermeture de son pays à l’évolution d’un monde qui n’attendra pas un éveil de la France pour continuer à tourner. Les enjeux sont bien plus importants que la seule France pour céder à un égoïsme qui se révélera de toutes manières stérile.

Le pire scénario, maintenant: il ne faut pas oublier que la France dispose d’un article dans sa constitution bien pire que tous les 49.3 du gouvernement Valls. Je veux parler de l’article 16 qui permet, en gros, d’octroyer les pleins pouvoirs au président le temps jugé nécessaire par ledit président, et ce uniquement en cas de danger immédiat (une invasion de migrants, peut-être?). Allié à sa capacité à inventer à peu près n’importe quoi pour servir ses intérêts et à son absence de respect pour la loi, je n’ai honnêtement aucune envie de savoir ce qu’une personne comme Marine Le Pen pourrait faire de ce pouvoir en cette période de troubles. Je ne suis pas de ceux qui la comparent systématiquement à Hitler (qui est quand même le modèle XXL de barjo), mais il existe toutes sortes de dictatures. Pour info, l’article 16 n’a été activé qu’une seule fois par Charles De Gaulle au moment du putsch des généraux, en avril 1961. Il rendit le pouvoir juste après que les problèmes eurent trouvé leurs solutions. Depuis, aucun président n’a plus activé cet article et honnêtement, il serait étonnant que Macron le fasse.

Mais lorsqu’on voit ce que le gouvernement Valls a pu inventer pour maintenir l’état d’urgence, qu’est capable de faire un parti assoiffé de pouvoir, dépourvu de tout scrupule et de la moindre morale, comme le FN? Qui a vraiment envie de voir ce que ça pourrait donner? Alors évidemment, je ne suis pas en train de dire que Le Pen VA le faire, et de toutes façons ça lui demanderait du temps pour réussir à faire passer la pilule, mais je signale simplement que sa capacité à manipuler l’info pour effrayer le peuple, alliée à la possibilité pour le gouvernement de faire passer des documentaires perchés sur la télé nationale (comme lorsque Hortefeux apparaissait dans des documentaires sur France 2 sur les banlieues  dangereuses pour justifier que les policiers soient équipés de flashballs et de tazers, au temps de Sarko) pourraient tout à fait lui donner les coudées assez franches pour réussir à faire pression sur les quelques garde-fous mis en place pour essayer de se protéger d’un dingo aux commandes de tous les pouvoirs.

Alors vous me direz que même si elle arrivait à l’activer et à le maintenir face à la cour constitutionnelle (qui est indépendante), vous seriez les premiers à descendre dans la rue pour l’en empêcher. Ce à quoi je répondrai que Erdogan a réussi à faire passer ses extensions de pouvoir de manière tout à fait démocratique. Le Pen n’a pas actuellement sa puissance médiatique, mais qui sait, après tout les Turcs ne sont pas plus cons que les Français.

Enfin bref, Sérieusement, allez voter pour Macron, et n’oubliez pas les législatives, pour être sûrs d’avoir la chance d’aller retenter votre chance dans 5 ans. Avec le FN, dans le monde d’aujourd’hui, nul ne sait si vous en auriez encore l’occasion aussi tôt.

On lit souvent, dans la presse, que les électeurs ont un peu l’impression de devoir choisir entre la peste et le choléra. Au vu de la situation, il serait pourtant plus judicieux de dire que le choix vous est laissé entre une vilaine grippe et le sida.

Et n’oubliez pas: si le FN en est là aujourd’hui, si les autres partis se sont montrés si décevants, c’est avant toute chose parce-que le citoyen les a laissés faire en se désengageant du domaine politique. Les 5 prochaines années pourraient n’être pas si terrible si les citoyens restent vraiment vigilants et mettent la pression au maximum. Et le conseil aurait été tout aussi valable si ça avait été Mélenchon qui était prêt à gagner. Ces gens ne sont jamais que des humains. Vous n’avez pas besoin que le président soit d’accord pour le faire plier, mais la solution ne se trouve peut-être plus uniquement dans la rue.

Pensez-y.

m412_4
Et bon courage…

NB: Vous me direz: mais qu’est-ce que toi, le belge, t’en as à secouer des élections en France?

Et bien sachez, amis Français, que tout ce qui se passe en politique en France (politique qui est très suivie chez nous) a une répercussion directe sur la Belgique. Certains de nos élus parlent de la création d’un mouvement En Marche! en Belgique depuis l’accession de Macron au second tour, par exemple.

La France, je le rappelle, est également la 8ème puissance économique mondiale et, à l’heure où le monde occidental est secoué par l’élection de Trump et le Brexit, nous avons plus que jamais besoin d’une France et d’une Allemagne fortes pour tenter de contrebalancer et de ne pas perdre pied sur la scène internationale. Trump est la preuve qu’il existe pire. Ne laissez pas à Le Pen l’occasion de lui donner encore plus de poids. Et je ne parle même pas des rumeurs sur la Russie.

Ce qui se passe en France, dans notre Europe sans frontière, dans notre monde globalisé a une répercussion sur tous les citoyens d’Europe et du monde. Vous n’avez pas que votre avenir en main, ne l’oubliez pas. Vous avez les responsabilités qui vont avec.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s